Accueil

 


« Notre culture est obsédée, et même littéralement opprimée, par des représentations externes du corps parce que nous n’avons pas suffisamment développé la conception du corps comme intentionnalité consciente pouvant connaître et apprécier les plaisirs subtils de son expérience interne. Ce qui suppose un meilleur contrôle de son état et de ses sensations afin de mieux réguler les innombrables et intenses stimulations auxquelles nous sommes soumis, dans un monde d’information incessante et rapide qui exige de plus en plus d’attention et un fonctionnement multitâche. Nos problèmes de stress, d’insomnie, de déficit d’attention ne sont pas seulement les problèmes des individus : ce sont des plaies sociales, avec un grand coût public. Une meilleure conscience du corps faite d’acuité et d’expérience réflexive peut y répondre. »

-Richard Shusterman